Projet d’agro-écologie en partenariat avec un agriculteur

PROJET D’AGRO-ECOLOGIE

PRESENTATION DU PROJET

De nombreuses mais pertinentes questions se posent aujourd’hui face à de nécessaires prises de conscience de tout ce qui touche à notre environnement, mais aussi à l’évolution de notre agriculture.

Installation des ruches1

Installation des ruches

Un travail de réflexion a ainsi été mené dans un cadre géographique bien délimité à partir d’une pratique agricole faisant usage de l’épandage de cendres industrielles, résidus de l’activité d’une usine fabriquant de la pâte à papier.

Ces cendres sont mises à la disposition d’exploitants agricoles dans le cadre d’un cahier des charges bien défini. Ces cendres sont dispersées dans des parcelles ne servant qu’à la production d’alimentation pour les animaux. Ces parcelles bien référencées ne devaient recevoir ces cendres que dans des périodes bien définies, à des périodicités bien spécifiques.

Ces cendres ont montré leur capacité à élever le ph des sols et donc à permettre l’implantation de cultures nouvelles. On parle en premier des luzernes, des variétés de trèfle violet ou incarnat mais aussi des plantes couvre-sol, de la phacélie. Toutes ces plantes ont des caractéristiques propres qui les rendent attractives pour les abeilles ou les insectes pollinisateurs

Le projet mis en place dans le cadre d’une démarche d’agro écologie consistait à mettre en synergie 2 activités complémentaires et bio dynamiques. Il fallait faire en sorte de se servir de ces différentes plantes de leurs caractéristiques propres pour produire une alimentation pour l’élevage ovin sous forme de fourrage, voir aussi de productions de céréales mais aussi de leurs attraits pour les abeilles.

Les plantes au cours de leur développement vont être visitées par les abeilles ou insectes pollinisateurs, actions qui auront une valeur bénéfique sur la plante, mais aussi sur les abeilles qui vont trouver là la diversité en pollen source de qualité pour l’élevage des larves mais aussi pour la production de miel.

L’enjeu est de faire en sorte que l’agriculteur puisse mesurer la maturité de la plante pour sa récolte et devoir attendre que celle-ci ne soit plus attractive pour les abeilles.

La variété de cultures doit ainsi permettre un échelonnage des fleurs de façon à créer le déplacement des abeilles d’une culture à une autre et d’éviter que lors de la récolte il puisse y avoir une trop forte mortalité lors du travail de l’agriculteur.

Pour cela, il faut une parfaite cohésion entre l’agriculteur et l’apiculteur, chacun ayant sa spécificité propre et une connaissance de la demande de l’autre.

C’est cette complémentarité entre apiculteur et agriculteur qui permettra la pertinence d’un projet d’agro écologie. On peut craindre que si la seule attente des agriculteurs se résume à des ruches justes posées pour favoriser la récolte de miel, les objectifs d’une telle démarche ne soient que partiels.

On peut cependant considérer comme le précise le conseil économique, social et environnemental (CESER), que cette démarche puisse être une alternative à la crise de l’agriculture et permettre à terme une ressource pour les agriculteurs.

C’est à partir d’un partenariat que doit se structurer un tel projet car si on veut réussir une diversité alimentaire pour les animaux, il y nécessité de bien mesurer la qualité et la richesse de la biodiversité.

Le point de départ de notre réflexion a été la suivante, en partant de cette analyse, ne pouvait-on pas envisager de mettre en place un travail d’agro-écologie en partant de l’idée de se passer de manière plus ou moins importante d’intrants.

Les documents du projet

Le projet détaillé avec la suite en PDF (plus facile à lire)

Protocole de suivi des cultures et des abeilles

Plantes et cultures utiles aux abeilles

Publicités